Emmanuelle Devos Rencontre

emmanuelle devos rencontre Le dernier livre de la penseuse politique influente, Michelle Obama, s’intitule “Emmanuelle Devos: un rêve est né”. C’est une critique de son nouveau livre. Dans ce document, elle parle de son parcours pour devenir l’épouse d’un président américain, une femme noire à la Maison Blanche et une organisatrice communautaire de Chicago. En d’autres termes, elle partage ses leçons de vie apprises tout au long de sa vie professionnelle. Certains d’entre eux incluent: Ne jamais abandonner, continuer à avancer et ne jamais accepter de réponse. En tant qu’ancienne organisatrice communautaire, elle nous explique pourquoi elle pense que l’administration de son mari ne fait pas assez pour les femmes.

Une des choses que j’aime dans ce livre, c’est qu’elle se met dans la peau de Barack Obama. Elle se décrit comme une vraie personne, pas seulement comme une femme afro-américaine qui a été mariée trois fois. C’est très intéressant dans un livre comme celui-ci, où l’histoire est regardée et analysée à distance. Parfois, vous lisez des livres comme celui-ci qui tentent de vous mettre dans la peau de quelqu’un d’autre. Cependant, on peut parfois dire que l’auteur s’amuse trop à décrire sa vie pour être prise au sérieux. Dans ce cas, j’estime qu’elle accorde un peu trop de crédit à Obama, allant même jusqu’à le comparer à Martin Luther King Jr.Je pense personnellement qu’elle exagère le cas, mais elle fait toujours du bon travail de peinture un portrait d’un futur président potentiel.

L’autre chose que j’ai trouvée intéressante dans ce livre est son appel à plus d’organisation dans la société américaine. Le titre du livre pourrait être considéré comme ironique, mais je pense que le sentiment est correct. Bien qu’elle parle beaucoup de l’organisation de divers groupes de personnes, elle fait également valoir que les gens doivent se regrouper pour résoudre certains des problèmes complexes de notre société actuelle. Je pense personnellement que son appel pour plus d’organisation est un appel à plus de femmes à se présenter aux fonctions publiques. De nombreuses femmes n’ont pas pris cette décision parce qu’elles craignent de perdre leur «carte d’homme» si elles ne remportent pas le siège dans leur communauté; cependant, je ne pense pas que ce soit une excuse pour que les femmes ne cherchent pas le pouvoir et cherchent à rendre leurs communautés meilleures.