Prostituées Ouagadougou

prostituées ouagadougou Ouagadougou est située dans la région d’Agadir, sur le continent africain. C’est une très grande ville, avec de nombreux hôtels et chambres d’hôtes aux alentours, notamment à l’Ouest. De toutes les villes du Maroc, Ouagadougou est peut-être l’une des plus cosmopolites, remplie de culture européenne et nord-africaine. La majorité de la population est arabe, bien qu’il y ait un grand nombre de non-arabes et un petit nombre de personnes d’autres pays africains tels que la Tunisie et l’Algérie. La plupart des Nord-Africains vivent dans des appartements loués, tandis que les immigrés européens et espagnols vivent généralement dans des maisons privées établies et des immeubles en copropriété de grande hauteur. Un grand nombre d’avions et d’hélicoptères privés du Burkina atterrissent à l’aéroport de Ouagadougou, pour transporter leurs fonctionnaires et leurs invités vers leur pays d’origine ou vers des destinations étrangères.

En 2021, lorsque les «isters» du groupe social local se sont réunis pour une «sieste à Agadir», plusieurs centaines d’hommes, de femmes et d’enfants se sont présentés pour prendre un verre et socialiser. Parmi ce rassemblement se trouvaient un certain nombre des femmes les plus respectées et les plus aisées du Burkina Faso et leurs jeunes amies. Parmi les visiteurs se trouvaient trois jeunes femmes, toutes deux étudiantes, que les habitants appelaient Ouagadougou koudougou ou Ouagadougou narou. Les étudiants n’ont pas eu le temps de se mêler aux autres membres du groupe social, ils ont donc décidé de nouer des relations entre eux. Cependant, étant donné que la rencontre n’était qu’occasionnelle et qu’aucune femme n’était présente pour la présenter et la confirmer, la relation entre la jeune femme et la vieille dame (connue sous le nom de Ouagadougou) s’est transformée en quelque chose de plus.

La jeune Ouagadougou a commencé à amener régulièrement de nouvelles femmes au club social de Ouagadougou, très probablement des filles d’Agadir, et se livrait régulièrement à la prostitution. Le groupe criminel qui dirigeait le réseau de prostitution l’a remarqué et a averti la police. Les autorités ont raflé toutes les prostituées de Ouagadougou, raflé les étudiants et les ont arrêtés. Ils ont tous été jugés et condamnés et ont purgé de longues peines de prison. Aujourd’hui, bien que la majorité des femmes burkinazim vivent encore dans les zones rurales de Guinée et de Sierra Leone, beaucoup sont maintenant installées dans les villes de France, du Royaume-Uni et d’Amérique.